Martial fait sa tournée quotidienne au marché, choisissant des denrées pour son entreprise de restauration.
Martial élevait du bétail jusqu’en 2012, lorsque son troupeau tout entier a péri dans l’attaque de sa ville pendant le conflit en République centrafricaine. Ayant perdu son moyen de subsistance, il est parti à Bangui, la capitale du pays, pour chercher du travail. Il a d’abord trouvé un emploi d’homme de ménage à la MINUSCA, a économisé sur son salaire et a réussi à monter une petite entreprise de restauration. Grâce à son réseau de contacts, il a développé son entreprise et a aujourd’hui plus de 80 clients, dont des organisations internationales et des organisations non gouvernementales, dans toute la ville.
« Les gens rejoignent les mouvements violents, Séléka ou Anti‑balaka, quand ils sont pauvres et n’ont rien à perdre. Je veux réussir en tant qu’entrepreneur et employer le plus de personnes possible, pour les occuper et empêcher qu’ils n’aillent se battre. »

Photo : Rena Effendi pour la CPI #LaVieAprèsUnConflit – Témoignages recueillis par l’Unité de la sensibilisation @renaeffendiphoto