OngoingEn cours<div class="ExternalClass3B49A70CE8AE4165A398948083474DFE"><p><strong>Focus&#58; </strong><strong>Alleged crimes committed since at least April 2017, in the context of demonstrations and related political unrest.</strong></p><p><strong>Jurisdiction – General status</strong></p><p>Venezuela deposited its instrument of ratification of the Rome Statute on 7 June 2000. The ICC may therefore exercise its jurisdiction over Rome Statute crimes committed on the territory of Venezuela or by its nationals from 1 July 2002 onwards.</p><p><strong>Procedural history and focus of the preliminary examination</strong></p><p style="text-align&#58;justify;">The preliminary examination of the situation in Venezuela was announced on 8 February 2018. It will analyse crimes allegedly committed in this State Party since at least April 2017, in the context of demonstrations and related political unrest. </p><p>In particular, it has been alleged that State security forces frequently used excessive force to disperse and put down demonstrations, and arrested and detained thousands of actual or perceived members of the opposition, a number of whom would have been allegedly subjected to serious abuse and ill-treatment in detention. It has also been reported that some groups of protestors resorted to violent means, resulting in some members of security forces being injured or killed.</p><p>On 27 September 2018, the Office received a referral from a group of States Parties to the Rome Statute (the &quot;Statute&quot;), namely the Argentine Republic, Canada, the Republic of Colombia, the Republic of Chile, the Republic of Paraguay and the Republic of Peru (the &quot;referring States&quot;), regarding the situation in the Bolivarian Republic of Venezuela (&quot;Venezuela&quot;) since 12 February 2014. Pursuant to article 14 of the Statute of the International Criminal Court (&quot;ICC&quot; or the &quot;Court&quot;), the referring States request the Prosecutor to initiate an investigation on crimes against humanity allegedly committed in the territory of Venezuela since 12 February 2014, with the view to determining whether one or more persons should be charged with the commission of such crimes. On 28 September, the Presidency assigned the situation in the Bolivarian Republic of Venezuela to Pre-Trial Chamber I.</p></div><div class="ExternalClass9BEEF2A6989C4F95BC479163B823BC09"><p> <strong>Enjeu&#160;&#58;&#160;</strong>Crimes présumés qui auraient été commis depuis avril&#160;2017 au moins, dans le contexte des manifestations et des troubles politiques y afférents. </p><p> <strong>Compétence – Situation générale</strong></p><p>Le Venezuela a déposé son instrument de ratification du Statut de Rome le 7&#160;juin 2000. La CPI a donc compétence à l'égard des crimes visés par le Statut de Rome commis sur le territoire du Venezuela ou par ses ressortissants depuis le 1er&#160;juillet 2002, date à laquelle le Statut de Rome est entré en vigueur.</p><p> <strong>Historique de la procédure et enjeu de l'examen préliminaire</strong></p><p>L'examen préliminaire de la situation au Venezuela a été annoncé le 8 février 2018. Il portera sur l'analyse des crimes qui auraient été commis dans cet État partie depuis avril&#160;2017 au moins, dans le contexte des manifestations et des troubles politiques y afférents. </p> <p>En particulier, les forces de l'ordre de cet État auraient fréquemment eu recours à la force de manière excessive pour disperser des manifestants ou réprimer des manifestations et auraient arrêté et détenu des milliers d'opposants véritables ou perçus comme tels, dont un certain nombre auraient subi de graves sévices et mauvais traitements pendant leur détention. Des groupes de manifestants auraient également eu recours à la violence, faisant des morts et des blessés au sein des forces de l'ordre.</p><p>Le 27 septembre 2018, un groupe de six États parties au Statut de Rome (le « Statut »), à savoir la République argentine, le Canada, la République du Chili, la République de Colombie, la République du Paraguay et la République du Pérou (les « États à l'origine du renvoi ») ont adressé au Bureau un renvoi concernant la situation en République bolivarienne du Venezuela (le « Venezuela ») depuis le 12 février 2014. En vertu de l'article 14 du Statut de la Cour pénale internationale (la « CPI » ou la « Cour »), les États à l'origine du renvoi demandent au Procureur d'ouvrir une enquête sur des crimes contre l'humanité qui auraient été commis sur le territoire du Venezuela depuis le 12 février 2014, en vue de déterminer si une ou plusieurs personnes devraient répondre des crimes en question. Le 28 septembre, la Présidence a assigné la situation en République bolivarienne du Venezuela à&#160;la Chambre préliminaire I. </p></div>VenezuelaVénézuela