Witnesses

There are several types of witnesses who can testify before the Court.

  • Fact witnesses have knowledge and testify about what happened. They can be crimes-based witnesses when they have suffered harm and testify as witnesses about what happened to them. Some of these witnesses can also hold the status of participating victims before the Court; they are called dual-status witnesses.

  • Insider witnesses have a direct connection with the accused.

  • Expert witnesses testify about matters within the field of their expertise, for example, ballistic or forensic experts.

  • Overview witnesses help establish facts about the context in which a conflict occurred, and can include, for example, professors or NGO representatives.

These witnesses can be called, or asked to give testimony, by the Office of the Prosecutor, the Defence, the Legal Representative of Victims, or the Judges themselves.

Practical support

ICC Registry staff offer various means of practical support to witnesses, from obtaining visas so they can travel to the seat of the Court in The Hague, the Netherlands, assistance during their travel and stay at the place of testimony, to setting up video link services so witnesses can testify closer to their place of residence when granted by the Chamber.

Familiarisation

One particular form of support for witnesses who come to the ICC to testify in Court is the process of "Courtroom familiarization", during which, the Registry staff members show them the Courtroom in advance, before the hearing starts, to allow them to sit in the witness stand for the first time and become familiar with the Courtroom. The staff members explain where the Defence, the Prosecution, Legal Representatives of Victims (where applicable) and Judges will sit during the hearing. They also test out the computer screens and microphones together with the witness, and answer any practical questions the witness might have. They do not discuss with them any element of their testimonies. The Registry will also see if any particular measures would be needed to ensure that the witness can testify in a secure manner and also takes into consideration their privacy, dignity and well-being. .

As part of the Courtroom familiarization process, ICC staff members show witnesses photos of the representatives of the parties that will be inside the Courtroom during the hearing © Frank Schinski As part of the Courtroom familiarization process, ICC staff members show witnesses photos of the representatives of the parties that will be inside the Courtroom during the hearing © Frank Schinski

Familiarisation protocols

Allowances

As practical support, witnesses – independently of the party calling them – may receive two types of allowances to compensate for the financial burden related to the testimonies.  

Incidental allowance

This covers the costs related to the witness's personal expenses in the location and for the duration of the testimony while testifying. It is evaluated based on the cost of living in this location.

Attendance allowance

This provides compensation for wages, earnings and time lost as a result of the witnesses' absence from their place of residence for the purpose of their appearance before the Court.

In accordance with regulations 84(2) and 85(3)(a) of the Regulations of the Registry, the Registrar determines the rates and reviews them annually. Allowance rates are established for various countries, in order to cover possible residence of the witnesses and possible location of video-link testimony.

Protection

The Court has a number of protective measures that can be granted to witnesses, victims who appear before the Court and other persons at risk on account of testimony given by a witness. The Court's protection system is based on best practices which are aimed at concealing the witness's interaction with the Court from their community and from the public in general.

Where witnesses reside

Protective measures where witnesses reside aim to limit the witness's exposure to threats or provide an appropriate response to an identified threat. Measures must be proportional to the risk. When there are multiple suitable and available options for protective measures, the Court will choose those that are the least intrusive on the witness's wellbeing. These measures could include local protection measures, an assisted move or various security arrangements aimed at addressing the identified threat. Witness relocation is only used as a last resort, due to the immense burden this puts on the witnesses and their families.

In the Courtroom

The Chamber can order certain protective measures that apply while the witness testifies in order to protect the witness's identity and whereabouts. Such measures may consist of face/voice distortion while the witness is giving evidence and/or the use of a pseudonym. Judges can also conduct parts of hearings in private or closed sessions when necessary to protect the witness's identity or the identity of other persons at risk on account of testimony.

Witness with the face distorsion protection measures © ICC-CPI Witness with the face distorsion protection measures © ICC-CPI

Special measures: Trauma and vulnerability

The Registry is equipped with staff members with expertise in trauma, including trauma related to crimes of sexual violence. The Registry is mandated to advise the Chambers on measures to be taken to facilitate their testimony and to prevent psychological harm resulting from appearing before the Court. Special measures can then be ordered for vulnerable witnesses like children, elderly persons or victims of sexual violence, and/or any other vulnerable witnesses who are at increased risk of psychological harm or who may experience difficulties testifying before the Court. Measures to facilitate witnesses' testimony include in-court assistance, such as having a psychologist in Court to monitor the witness's well-being, allowing a support person to sit next to the witness in Court, adapting the setup of the courtroom such as shielding the accused in order to prevent eye contact between the witness and the suspect or accused, using a video-link to allow the witness to testify from a witness-friendly location (outside the courtroom), or putting in place measures to adapt the questioning to the needs and capacities of the witness, for instance, to avoid unnecessarily intrusive, embarrassing or repetitive questions to victims of sexual violence. 

Vulnerability protocols

Protective measures do not affect the fairness of a trial. They are used to make witnesses safe and preserve their well-being. They apply equally to all witnesses, no matter if they are called by the Prosecution, the Defence, the Legal Representatives of Victims or the Judges. All parties are bound by confidentiality and must respect protective measures granted by the Chamber. At the same time, even when protective measures are applied, witnesses can still be cross-examined inside the Courtroom.

International Criminal Court Bar Association

The International Criminal Court Bar Association (ICCBA) is an independent, professional association representing the interests of Counsel and legal Support Staff who represent victims, defendants and other actors (such as witnesses) before the ICC. The ICCBA serves as a collective voice for its membership, and provides them a range of support and services, as well as acting as a forum for discussion on all matters pertaining to the Court. The ICCBA's operations are primarily funded by the subscriptions paid by its members, and it is governed by an elected President (currently Karim A.A. Khan QC) and Executive Council, with eight elected standing committees responsible for specific issues and activities.


Témoins

Plusieurs types de témoins peuvent déposer devant la Cour.

  • Les témoins des faits ont des connaissances et déposent au sujet de ce qui s'est passé. Il peut s'agir de témoins qui ont subi un préjudice et témoignent de ce qui leur est arrivé. Certains peuvent également avoir la qualité de victime participant à la procédure devant la Cour ; ils ont alors la double qualité de témoin et de victime.

  • Les témoins privilégiés ont eu des rapports directs avec l'accusé.

  • Les témoins experts déposent sur des questions relevant de leur domaine de compétence et sont, par exemple, experts en balistique ou en médecine légale.

  • Les témoins de situation aident à établir des faits essentiels concernant le contexte dans lequel le conflit a eu lieu et peuvent notamment être des professeurs ou des représentants d'une ONG.

Ces témoins peuvent être cités à comparaître, ou appelés à déposer, par le Bureau du Procureur, la Défense, le représentant légal des victimes ou les juges eux‑mêmes.

Appui pratique

Le personnel du Greffe de la CPI offre aux témoins un appui pratique sous différentes formes, allant de l'obtention de visas pour qu'ils puissent se rendre au siège de la Cour à La Haye (Pays‑Bas) et l'assistance pendant leur voyage et leur séjour au lieu de leur déposition, à la mise en place de services de vidéoconférence leur permettant de déposer plus près de leur lieu de résidence lorsque la Chambre les y autorise.

Familiarisation

L'une des formes particulières d'appui aux témoins qui viennent déposer à l'audience à la CPI est le processus de « familiarisation », au cours duquel des membres du Greffe leur montrent à l'avance la salle d'audience pour qu'ils s'assoient à la barre des témoins et découvrent la salle avant que les audiences ne commencent. On leur explique où se tiennent les avocats de la Défense, les représentants de l'Accusation, les représentants légaux des victimes (le cas échéant) et les juges. Ils s'essaient à la manipulation des écrans et des micros, et posent au besoin des questions d'ordre pratique. Le personnel n'aborde aucun élément de leurs dépositions avec eux. Le Greffe vérifie également s'il est nécessaire de prendre des mesures particulières pour que le témoin dépose en toute sécurité, et tient également compte de la protection de sa vie privée, sa dignité et son bien‑être.

As part of the Courtroom familiarization process, ICC staff members show witnesses photos of the representatives of the parties that will be inside the Courtroom during the hearing © Frank Schinski As part of the Courtroom familiarization process, ICC staff members show witnesses photos of the representatives of the parties that will be inside the Courtroom during the hearing © Frank Schinski

Protocoles de familiarisation

Indemnités

Quelle que soit la partie qui les cite à comparaître, les témoins peuvent recevoir deux types d'indemnités destinées à compenser la charge financière liée à leur déposition.

Indemnité pour faux frais

Cette indemnité couvre les frais liés aux dépenses personnelles du témoin sur place pendant la durée de sa déposition. Son montant est calculé sur la base du coût de la vie à cet endroit.

Indemnité de présence

Cette indemnité est destinée à compenser le salaire, les revenus et le temps perdus en conséquence de l'absence du témoin de son lieu de résidence aux fins d'une comparution devant la Cour.

Conformément aux normes 84‑2 et 85‑3‑a du Règlement du Greffe, le montant de l'indemnité est déterminé par le Greffier et fait l'objet d'une révision annuelle. Les montants sont établis pour divers pays afin de couvrir différentes possibilités concernant les lieux de résidence des témoins et les lieux de témoignage par liaison vidéo.

Protection

La Cour peut prendre un certain nombre de mesures de protection en faveur des témoins, des victimes qui comparaissent devant elle et d'autres personnes auxquelles leurs dépositions peuvent faire courir un risque. Le système de protection de la Cour repose sur l'application de bonnes pratiques tendant à dissimuler l'interaction entre la Cour et un témoin aux yeux de sa communauté et du grand public.

Au lieu de résidence des témoins

Les mesures de protection au lieu de résidence du témoin visent à limiter l'exposition du témoin à des menaces ou à répondre de façon appropriée à une menace constatée. Les mesures doivent être proportionnelles au risque. Lorsque plusieurs mesures de protection convenables sont possibles, la Cour choisit celles qui emportent le moins d'effets négatifs possible sur le bien‑être du témoin. Au nombre de ces mesures, on compte notamment des mesures de protection locales, le déménagement assisté ou encore divers dispositifs de sécurité visant à faire face à la menace constatée. La réinstallation, qui est une mesure très lourde pour les témoins et leurs familles, n'est utilisée qu'en dernier recours.

En salle d’audience

La Chambre peut ordonner que certaines mesures de protection s'appliquent pendant la déposition du témoin afin de protéger la confidentialité de son identité et du lieu où il se trouve. Il peut s'agir du recours à la distorsion de l'image/l'altération de la voix pendant la déposition du témoin et/ou à l'utilisation d'un pseudonyme. Les juges peuvent également mener une partie des audiences à huis clos ou à huis clos partiel lorsque cette mesure est nécessaire pour protéger l'identité du témoin ou celle d'autres personnes auxquelles sa déposition fait courir un risque.

Witness with the face distorsion protection measures © ICC-CPI Witness with the face distorsion protection measures © ICC-CPI

Mesures spéciales pour témoins traumatisés et vulnérables

Le Greffe dispose de spécialistes de l'aide aux victimes de traumatismes, notamment de traumatismes consécutifs à des violences sexuelles. Le Greffe a pour mandat de conseiller les Chambres sur les mesures qu'il convient de prendre pour faciliter la déposition de ces personnes et éviter que leur comparution ne leur cause un préjudice psychologique supplémentaire. Des mesures spéciales peuvent alors être ordonnées en faveur de témoins vulnérables tels que les enfants, les personnes âgées ou les victimes de violences sexuelles et/ou de tout autre témoin vulnérable qui court un risque accru de subir un préjudice psychologique ou qui pourrait avoir des difficultés à déposer devant la Cour. Au nombre des mesures visant à faciliter la déposition des témoins, on compte l'assistance pendant l'audience, avec la présence à l'audience d'un psychologue chargé de surveiller le bien‑être du témoin ou d'une personne accompagnatrice assise à côté du témoin ; l'adaptation de la configuration de la salle d'audience, par exemple au moyen d'un écran entre le témoin et l'accusé ou le suspect afin d'empêcher tout contact visuel ; le recours à la liaison vidéo pour permettre au témoin de faire sa déposition depuis un lieu moins intimidant (hors de la salle d'audience) ; ou encore la mise en place de mesures afin d'adapter l'interrogatoire aux besoins et aux capacités du témoin, par exemple pour éviter les questions inutilement indiscrètes, embarrassantes ou répétitives pour les victimes de violences sexuelles.

Protocoles applicables aux témoins vulnérables

Les mesures de protection ne nuisent pas à l'équité du procès. Elles servent à préserver la sécurité des témoins et leur bien‑être. Tous les témoins peuvent en bénéficier de manière égale, qu'ils soient cités à comparaître par l'Accusation, la Défense, les représentants légaux des victimes ou les juges. Les parties sont toutes tenues de respecter la confidentialité et les mesures de protection ordonnées par la Chambre. Toutefois, même lorsque les témoins d'une partie bénéficient de mesures de protection, l'autre partie peut procéder à un contre-interrogatoire dans la salle d'audience.

Association du Barreau près la Cour pénale internationale

L'Association du Barreau près la Cour pénale internationale (ABCPI) est une association indépendante et professionnelle représentant les intérêts des Conseils et de leur personnel d'appui qui représentent des victimes, des accusés et d'autres acteurs (tels que les témoins) devant la CPI. L'ABCPI s'exprime collectivement au nom de ses membres, met à leur disposition un ensemble de services et constitue un forum de discussion pour toutes les questions relatives à la Cour. L'action de l'ABCPI est principalement financée par les contributions de ses membres. Un Président élu (actuellement Karim A.A. Khan QC) et un Conseil Exécutif sont en charge des opérations,  avec huit Comités permanents qui sont responsables de questions et d'activités spécifiques.