How the Court works

The crimes

The Court's founding treaty, called the Rome Statute, grants the ICC jurisdiction over four main crimes.

First, the crime of genocide is characterised by the specific intent to destroy in whole or in part a national, ethnic, racial or religious group by killing its members or by other means: causing serious bodily or mental harm to members of the group; deliberately inflicting on the group conditions of life calculated to bring about its physical destruction in whole or in part; imposing measures intended to prevent births within the group; or forcibly transferring children of the group to another group.

Justice Matters

Second, the ICC can prosecute crimes against humanity, which are serious violations committed as part of a large-scale attack against any civilian population. The 15 forms of crimes against humanity listed in the Rome Statute include offences such as murder, rape, imprisonment, enforced disappearances, enslavement – particularly of women and children, sexual slavery, torture, apartheid and deportation.

Justice Masters

Third, war crimes which are grave breaches of the Geneva conventions in the context of armed conflict and include, for instance, the use of child soldiers; the killing or torture of persons such as civilians or prisoners of war; intentionally directing attacks against hospitals, historic monuments, or buildings dedicated to religion, education, art, science or charitable purposes.

Justice Matters

Finally, the fourth crime falling within the ICC's jurisdiction is the crime of aggression. It is the use of armed force by a State against the sovereignty, integrity or independence of another State. The definition of this crime was adopted through amending the Rome Statute at the first Review Conference of the Statute in Kampala, Uganda, in 2010. For these amendments to enter into force, they must be ratified by at least 30 States and then voted upon by States Parties in 2017.

​See The Rome Statute and Elements of Crimes



Legal process

As an international court, the ICC's legal process may function differently from that in your national jurisdiction. Below are a few highlights giving key information on the legal process.  

Jurisdiction

The Court may exercise jurisdiction in a situation where genocide, crimes against humanity or war crimes were committed on or after 1 July 2002 and:

  • the crimes were committed by a State Party national, or in the territory of a State Party, or in a State that has accepted the jurisdiction of the Court; or
  • the crimes were referred to the ICC Prosecutor by the United Nations Security Council pursuant to a resolution adopted under chapter VII of the UN charter.

Complementarity

The ICC is intended to complement, not to replace, national criminal systems; it prosecutes cases only when States do not are unwilling or unable to do so genuinely.

Cooperation

As a judicial institution, the ICC does not have its own police force or enforcement body; thus, it relies on cooperation with countries worldwide for support, particularly for making arrests, transferring arrested persons to the ICC detention centre in The Hague, freezing suspects’ assets, and enforcing sentences.

While not a United Nations organization, the Court has a cooperation agreement with the United Nations. When a situation is not within the Court’s jurisdiction, the United Nations Security Council can refer the situation to the ICC granting it jurisdiction. This has been done in the situations in Darfur (Sudan) and Libya.

The ICC actively works to build understanding and cooperation in all regions, for example, through seminars and conferences worldwide. The Court cooperates with both States Parties and non-States Parties.

ICC President Fernández de Gurmendi meets with UN Secretary-General António Guterres in New York©UN Photo/Rick Bajornas

The Court works in particularly close cooperation with its host state, the Netherlands, regarding practical matters such as constructing the Court’s new permanent buildings, transferring suspects to the ICC Detention Centre, facilitating their appearances before the Court, and many other matters.

Countries and other entities, including civil society groups such as NGOs, also cooperate with the Court in numerous ways, such as raising awareness of and building support for the Court and its mandate. The Court seeks to increase this ongoing cooperation through such means as seminars and conferences.

Ten key facts about the legal process

Further to the Key Features listed above, here are some of the basics you may want to know:

  • The ICC does not prosecute those under the age of 18 when a crime was committed.
  • Before the Prosecutor can investigate, she must conduct a preliminary examination considering such matters as sufficient evidence, jurisdiction, gravity, complementarity, and the interests of justice.
  • When investigating, the Prosecutor must collect and disclose both incriminating and exonerating evidence.
  • The defendant is considered innocent until proven guilty. The burden of proof lies with the Prosecutor.
  • During all stages of proceedings (Pre-Trial, Trial and Appeals), the defendant has the right to information in a language he or she fully understands, thus the ICC proceedings are conducted in multiple languages, with teams of interpreters and translators at work.
  • Pre-Trial judges issue warrants of arrest and ensure there is enough evidence before a case can go to trial.
  • Before a case is committed to trial (during the Pre-Trial phase), the defendant is referred to as a suspect. Once the case is committed to trial, since at that point the charges have been confirmed, the defendant is referred to as the accused.
  • Trial judges hear the evidence from the Prosecutor, Defence, and the Victims’ lawyers, render a verdict, and if a person is found guilty, the sentence and decision on reparations.
  • Appeals judges render decisions on appeals from the Prosecutor or Defence.
If a case is closed without a verdict of guilt, it can be reopened if the Prosecutor presents new evidence.

How we are organized

The Rome Statute established three separate bodies: The Assembly of States Parties, the International Criminal Court, which comprises four separate organs, and the Trust Fund for Victims.

The Rome Statute System

States Parties to the Rome Statute

States Parties support the Court, accept the ICC's jurisdiction, and also work to incorporate the rules stipulated in the Rome Statute into their own judicial systems. Thus, each country that becomes a State Party brings the world closer to an ICC universal protection under the Rome Statute system. 

States Parties to the Rome Statute gather at least once a year at sessions of the Assembly of States Parties, to provide the management oversight for the Court, for example, by establishing the budget, providing funding and also electing the Court's judges and Prosecutor.

ASP Although the Court's expenses are funded primarily by States Parties, it can also receive voluntary contributions from governments, international organisations, individuals, corporations and other entities.

While States Parties to the Rome Statute have an obligation to cooperate with the Court, countries that are not yet States Parties may also provide ad hoc voluntary cooperation.

ASP 

 

"I reiterate the importance of redoubling our efforts to ensure the continued expansion of the family of States that cooperate to fight against impunity and to protect the victims of genocide, crimes against humanity, war crimes and the crime of aggression".

- President of the Assembly of States Parties to the Rome Statute
Sidiki Kaba

 

Learn more about the Assembly of States Parties.  


Trust Fund for Victims

Though the Trust Fund for Victims is separate from the Court, it was created in 2004 by the Assembly of States Parties, in accordance with article 79 of the Rome Statute. The Fund's mission is to support and implement programmes that address harms resulting from genocide, crimes of humanity and war crimes. To achieve this mission, the TFV has a two-fold mandate: (i) to implement Court-Ordered reparations and (ii) to provide physical, psychological, and material support to victims and their families. By assisting victims to return to a dignified and contributory life within their communities, the TFV contributes to realizing sustainable and long-lasting peace by promoting restorative justice and reconciliation.



Where we operate

Seat of the Court in The Hague, the Netherlands

The ICC's permanent premises, located at Oude Waalsdorperweg 10 2597 AK, The Hague
The Netherlands.

Close to the North Sea, the new buildings are in an area between nature and city, set in the rolling dune landscape on the edge of The Hague. The compact, sculptural arrangement of six buildings includes a central tower, which houses the ICC Courtrooms. The new location is closer to the ICC detention centre and is in the International Zone of the City of The Hague.

Find out more about the construction project

The new premises are funded by the States Parties to the Rome Statute. The host state (the Netherlands) made the site available free of charge and organised and financed the architectural design competition, which started at the end of 2008. It has also provided loans for some States Parties to participate in finding the project.

In 2010 the Danish firm schmidt hammer lassen was selected to design the new premises, as its design met all the ICC's criteria, including design quality, sustainability, functionality and cost. In October 2012 the tendering procedure for the general contractor was completed and the combination Visser & Smit Bouw and Boele & van Eesteren ("Courtys") was selected to realize the ICC permanent premises.

Field offices

The ICC has offices in several of the countries in which investigations are being conducted, though not currently in Darfur, Georgia or Mali.

Those wishing to cooperate with the Court at these local offices, participate in proceedings, assist in Outreach activities, or otherwise engage with the Court in the field are welcome to contact the offices.

Liaison office in New York

The ICC has a liaison office to the United Nations in New York, USA, which is primarily responsible for coordinating ICC-related events or activities at the UN headquarters. Diplomats and others involved in these events are welcome to contact this office.   

ICC's Liaison Office to the United Nations
Head of the Office, Ms Karen Mosoti
866 United Nations Plaza, Suite 476
New York NY 10017
Tel: 1 212 486 1346/47/62
Fax: 1 212 486 1361
liaisonofficeny@icc-cpi.int



 


  • Judicial Recess and Official Holidays of the Court

    Judicial Recess 2017/2018

    • Spring 2017
      from Thursday 13 April 2017 (17:30) 
      until Monday 24 April 2017 (09:00)

    • Summer 2017
      from Friday 21 July 2017 (17:30) 
      until Monday 14 August 2017 (09:00)

    • Winter 2017/2018
      from Friday 15 December 2017 (17:30) 
      until Monday 8 January 2018 (09:00)


    Official Holidays for the year 2017

    • 2 January - New Year's Day
    • 14 April - Good Friday
    • 17 April - Easter Monday
    • 27 April - King's Day
    • 25 May - Ascension Day
    • 26 June - Eid al-Fitr Day
    • 1 September - Eid al-Adha Day
    • 29 September - Yom Kippur Day
    • 25 December - Christmas Day
    • 26 December - Boxing Day




Detention centre

The ICC detention centre is used to hold in safe, secure and humane custody those detained by the ICC. It is not used for enforcing sentences; convicted persons serve sentences in one of the States Parties which have concluded agreements on enforcement of sentences with the ICC and have accepted to place a particular convicted person or persons within a national facility. Until such an arrangement is made, a convicted person remains temporarily in the detention centre.

The Court endeavours to ensure the mental, physical and spiritual welfare of those in the Detention Centre; detainees have access to fresh air, recreational time, sports activities, library books, news, computers (for preparing their cases), quality food and facilities for cooking. Detainees are entitled to privacy with defence lawyers, to privileged communication with a consular or diplomatic representative, to visits a minister or spiritual advisor, and to visits with family, including a spouse or partner.

The International Committee of the Red Cross (ICRC) is the Detention Centre's inspecting authority and as such has unrestricted access and examine, on unannounced visits, the treatment of the detained persons, their living conditions and their physical and psychological conditions, in conformity with widely accepted international standards governing the treatment of persons deprived of liberty.

No visits to the detention centre are granted to the media or general public.

Detention Centre  


Comment fonctionne la Cour

Les crimes

Le traité fondateur de la Cour, appelé le Statut de Rome, confère à la CPI une compétence à l'égard de quatre crimes principaux.

Premièrement, le crime de génocide est caractérisée par l'intention spécifique de détruire, en tout ou partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux par le meurtre de ses membres ou par d'autres moyens : atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe ; soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ; mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; ou transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe.

Justice Matters

Deuxièmement, la CPI peut engager des poursuites pour des crimes contre l'humanité, qui sont de graves violations commises dans le cadre d'une attaque de grande envergure lancée contre toute population civile. Les 15 formes de crimes contre l'humanité énumérées dans le Statut de Rome comprennent des délits tels que le meurtre, le viol, l'emprisonnement, les disparitions forcées, la réduction en esclavage, notamment celle des femmes et des enfants, l'esclavage sexuel, la torture, l'apartheid et la déportation.

Justice Masters

Troisièmement, les crimes de guerre, qui constituent des infractions graves aux Conventions de Genève dans le contexte d'un conflit armé et comprennent, par exemple, le fait d'utiliser des enfants soldats ; le fait de tuer ou de torturer des personnes telles que des civils ou des prisonniers de guerre ; le fait de diriger intentionnellement des attaques contre des hôpitaux, des monuments historiques, ou des bâtiments consacrés à la religion, à l'enseignement, à l'art, à la science ou à l'action caritative.

Justice Matters

Enfin, le quatrième crime relevant de la compétence de la CPI est le crime d'agression. Il s'agit de l'emploi par un État de la force armée contre la souveraineté, l'intégrité ou l'indépendance d'un autre État. La définition de ce crime a été adoptée en apportant des amendements au Statut de Rome lors de la première Conférence de révision du Statut qui s'est tenue à Kampala (Ouganda) en 2010. Pour entrer en vigueur, ces amendements doivent être ratifiés par au moins 30 États puis votés par les États parties en 2017.

Voir Le Statut de Rome et Les Éléments des crimes
​ '

Procédure judiciaire

Compte tenu du caractère international de la Cour, il est possible que le fonctionnement de sa procédure judiciaire diffère de celui de votre juridiction nationale. Les quelques traits marquants présentés ci-après exposent les grandes lignes de ce fonctionnement.

Compétence

La Cour peut exercer sa compétence dans une situation où des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité ou un génocide ont été commis à compter du 1er juillet 2002 et :

  • les crimes ont été commis par un ressortissant d’un État partie, ou sur le territoire d’un État partie ou d’un État qui a autrement accepté la compétence de la Cour ; ou
  • les crimes ont été déférés au Procureur de la CPI par le Conseil de sécurité des Nations Unies, conformément à une résolution adoptée en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

Complémentarité

La CPI a vocation à compléter, et non à remplacer, les systèmes pénaux nationaux ; elle n’engage de poursuites que lorsque les États n’ont pas la volonté de le faire, ou sont dans l’incapacité de le faire véritablement.

Coopération

En tant qu’institution judiciaire, la CPI ne dispose pas de forces de police ou de répression qui lui soient propres ; par conséquent, elle compte sur la coopération avec les pays du monde pour appuyer son travail, notamment pour procéder aux arrestations, transférer les personnes arrêtées au quartier pénitentiaire de la CPI à La Haye, geler les avoirs des suspects et exécuter les peines.

Bien que n’étant pas une organisation appartenant aux Nations Unies, la Cour a conclu un accord de coopération avec les Nations Unies. Lorsqu'une situation ne relève pas de la compétence de la Cour, le Conseil de sécurité des Nations Unies peut renvoyer la situation à la CPI lui accordant compétence, comme ce fut le cas de la situation au Darfour (Soudan) et la situation en Libye.

La CPI s’emploie activement à favoriser la compréhension mutuelle et la coopération dans toutes les régions, par exemple en organisant des séminaires et des conférences dans le monde entier. La Cour coopère à la fois avec les États parties et les États non parties.

ICC President Fernández de Gurmendi meets with UN Secretary-General António Guterres in New York©UN Photo/Rick Bajornas

La Cour travaille en collaboration particulièrement étroite avec son État hôte, les Pays Bas, concernant des aspects pratiques tels que la construction des nouveaux locaux permanents de la Cour, le transfèrement des suspects au quartier pénitentiaire de la CPI, l’appui en vue de faciliter leur comparution devant la Cour et bien d’autres questions.

Les pays ainsi que d’autres entités, notamment les groupes de la société civile tels que les ONG, coopèrent également avec la Cour de bien des façons, notamment en favorisant une meilleure connaissance de l’institution et en renforçant ainsi l’appui à la Cour et à son mandat. La Cour s’efforce de développer cette coopération suivie au moyen de séminaires et de conférences.

Dix éléments clé concernant la procédure judiciaire

En plus des principales caractéristiques énumérées plus haut, voici quelques éléments clé qui pourraient vous intéresser :

  • La CPI ne poursuit pas les personnes qui étaient âgées de moins de 18 ans au moment où les crimes ont été commis.
  • Avant de pouvoir enquêter, le Procureur doit procéder à un examen préliminaire en analysant les questions telles l’existence de suffisamment d’éléments de preuve, la compétence, la gravité, la complémentarité et les intérêts de la justice.
  • Au cours des enquêtes, le Procureur est tenu de collecter et de communiquer tant les éléments de preuve à charge qu’à décharge.
  • La personne mise en cause est considérée comme innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été établie. Le fardeau de la preuve incombe au Procureur.
  • Au cours de toutes les étapes de la procédure (phase préliminaire, phase du procès, phase de l’appel), la personne mise en cause a le droit à l'information dans une langue qu’elle comprend parfaitement ; par conséquent, les procédures de la CPI sont menées en plusieurs langues, avec le concours d’équipes d'interprètes et de traducteurs.
  • Les juges de la Section préliminaire délivrent des mandats d’arrêt et vérifient qu’il existe suffisamment d’éléments de preuve avant qu’une affaire puisse être renvoyée en première instance.
  • Avant le renvoi d’une affaire en première instance (au cours de la phase préliminaire), la personne mise en cause est qualifiée de suspect. Après le renvoi de l’affaire en première instance, les charges ayant été confirmées à ce stade, la personne mise en cause est qualifiée d’accusé.
  • Les juges de la Section de première instance examinent les éléments de preuve présentés par le Procureur, la Défense et les avocats des victimes, rendent un verdict et, si la personne est déclarée coupable, fixent la peine et rendent une décision relative aux réparations.
  • Les juges de la Section des appels rendent des décisions relatives aux appels interjetés par le Procureur ou la Défense.
Lorsqu’une affaire est close sans verdict de culpabilité, elle peut être rouverte si le Procureur présente de nouveaux éléments de preuve.

Notre organisation

Le Statut de Rome a créé trois organes distincts : l’Assemblée des États parties, la Cour pénale internationale, qui comprend quatre entités différentes, et le Fonds au profit des victimes.

Consultez ici les éléments clé de ces organes :

Le système du Statut de Rome

Les États parties au Statut de Rome

Les États parties apportent leur appui à la Cour, reconnaissent sa compétence et s’emploient aussi à intégrer les règles énoncées dans le Statut de Rome au sein de leur propre système judiciaire. Ainsi, à fois chaque fois qu’un pays devient un État Partie, le monde franchit un pas de plus vers la réalisation d’une protection universelle assurée par la CPI en vertu du Statut de Rome.

Les États parties au Statut de Rome se réunissent au moins une fois par an lors des sessions de l’Assemblée des États parties afin de donner les orientations générales pour l’administration de la Cour, par exemple en définissant le budget, en octroyant des financements et aussi en procédant à l’élection des juges et du Procureur de la Cour.

ASP  

Bien que les dépenses de la Cour soient essentiellement financées par les États parties, elle peut également recevoir des contributions volontaires de la part de gouvernements, d’organisations internationales, de particuliers, d’entreprises ou d’autres entités.

Alors que les États parties au Statut de Rome sont dans l’obligation de coopérer avec la Cour, les pays qui ne sont pas encore des États parties peuvent également offrir une coopération ad hoc.

ASP  

 

« Je réaffirme ici l'importance qu'il y a à redoubler nos efforts afin de garantir un agrandissement permanent de la famille des États qui coopèrent pour lutter contre l'impunité et protéger les victimes de génocides, de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre et de crimes d'agression »

- Le Président de l'Assemblée des États Parties au Statut de Rome,
Sidiki Kaba

 

En savoir plus sur l’Assemblée des États parties.



Le Fonds au profit des victimes

Bien que distinct de la Cour, le Fonds au profit des victimes a été créé en 2004 par l’Assemblée des États parties, conformément à l’article 79 du Statut de Rome. Sa mission consiste à appuyer et mettre en œuvre des programmes qui prennent en charge les préjudices découlant du crime de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre. À cette fin, le Fonds au profit des victimes est chargé d’un double mandat : i) mettre en œuvre les ordonnances de réparation rendues par la Cour et ii) fournir aux victimes et à leur familles un appui physique, psychologique et matériel. En aidant les victimes à retrouver une vie digne et à prendre part à la vie de leur communauté, le Fonds au profit des victimes contribue à l’instauration d’une paix durable à long terme en favorisant la justice réparatrice et la réconciliation.



Les lieux où nous travaillons

Le siège de la Cour à La Haye (Pays-Bas)

Les locaux permanents de la CPI, situés au Oude Waalsdorperweg 10 2597 AK, La Haye Pays-Bas.

Les nouveaux bâtiments s’élèvent non loin de la mer du Nord, dans une zone entre ville et nature qui s’étend au cœur du paysage de dunes tout proche de La Haye. La composition compacte et sculpturale des six bâtiments comprend une tour centrale qui abrite les salles d’audience de la CPI. Le nouvel emplacement est plus proche du quartier pénitentiaire de la CPI et fait partie de la zone internationale de la ville de La Haye.

En savoir plus sur le projet de construction

Les nouveaux locaux sont financés par les États parties au Statut de Rome. L'État hôte (les Pays-Bas) a rendu le site disponible sans frais, et organisé et financé le concours d’architecture, qui avait débuté à la fin 2008. Il a également fourni des prêts afin que certains États parties puissent participer au projet.

En 2010, lecabinet danois schmidt hammer lassen a été sélectionné pour concevoir l'architecture des nouveaux locaux, étant donné que son architecture répondait à tous les critères de la CPI en matière de qualité, durabilité, fonctionnalité et coût.  En octobre 2012, Courtys, un consortium regroupant Visser & Smit Bouw et Boele & van Eesteren, filiales de VolkerWessels, a été sélectionné pour réaliser l'ouvrage.

Les bureaux extérieurs

La CPI possède des bureaux extérieurs dans plusieurs pays où elle mène des enquêtes.

Les personnes qui souhaitent coopérer avec la Cour dans ces bureaux extérieurs, participer aux procédures, apporter leur concours aux activités de sensibilisation et d’information ou travailler avec la Cour d’une autre manière sont invitées à contacter les bureaux aux adresses suivantes :

Le Bureau de liaison de New York

La CPI possède un bureau de liaison avec l’Organisation des Nations Unies à New York (États-Unis). Il est essentiellement chargé de coordonner les évènements ou les activités concernant la CPI au siège de l’ONU. Les diplomates et les autres personnes impliquées dans ces évènements sont invités à contacter ce bureau.

ICC's Liaison Office to the United Nations
Head of the Office, Ms Karen Mosoti
866 United Nations Plaza, Suite 476
New York NY 10017
Tel: 1 212 486 1346/47/62
Fax: 1 212 486 1361
liaisonofficeny@icc-cpi.int



 

  • Vacances judiciaires et jours fériés officiels de la Cour

    Vacances judiciaires 2017/2018

    • Vacances de printemps 2017
      du jeudi 13 avril 2017 (17:30)
      au lundi 24 avril 2017 (09:00)

    • Vacances d'été 2017
      du vendredi 21 juillet 2017 (17:30)
      au lundi 14 août 2017 (09:00)

    • Vacances d'hiver 2017/2018
      du vendredi 15 décembre 2017 (17:30)
      au lundi 8 Janvier 2018 (09:00)


    Jours fériés officiels en 2017

    • 2 janvier - Jour de l'An 
    • 14 avril - Vendredi saint
    • 17 avril  - Lundi de Pâques
    • 27 avril - Fête de Roi
    • 25 mai - Ascension
    • 26 juin - Fête de l'Eid Al Fitr 
    • 1 septembre - Fête de l'Eid Al Adha
    • 29 septembre - Fête de Yom Kippur
    • 25 décembre - Jour de Noël
    • 26 décembre - Lendemain de Noël 





Le quartier pénitentiaire

Le quartier pénitentiaire de la CPI sert à garder en toute sécurité et dans des conditions de détention humaines les personnes détenues sous l’autorité de la CPI. Il n’est pas utilisé pour exécuter les peines ; les personnes condamnées purgent leur peine dans l’un des États parties ayant conclu des accords sur l’exécution des peines avec la CPI et ayant accepté d’accueillir une ou plusieurs personnes condamnées spécifiques dans un établissement national. En attendant que de telles dispositions soient prises, une personne condamnée reste temporairement au quartier pénitentiaire.

La Cour s’efforce de garantir le bien être mental, physique et spirituel des personnes détenues au quartier pénitentiaire ; elles peuvent utiliser le terrain d’exercice en plein air, participer à des activités sportives et de loisirs, consulter les livres et journaux de la bibliothèque et utiliser des équipements informatiques (pour travailler sur leur dossier). En outre, elles reçoivent une alimentation de qualité et disposent d’installations pour cuisiner. Les personnes détenues ont le droit de s’entretenir en privé avec leur avocat, de communiquer en toute confidentialité avec un représentant consulaire ou diplomatique, de recevoir la visite d’un ministre du culte ou d’un conseiller spirituel, et de recevoir la visite de leur famille, notamment un conjoint ou un partenaire.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est l’autorité d’inspection du quartier pénitentiaire et à ce titre, il dispose d’un accès illimité. Lors de visites inopinées, ses délégués examinent le traitement des personnes détenues, leurs conditions de vie ainsi que leur état de santé physique et mentale, conformément aux normes internationales généralement acceptées régissant le traitement des personnes privées de liberté.

Les visites au centre de détention ne sont pas autorisées aux médias ou au grand public.

Detention Centre