Preliminary examinations

The Office of the Prosecutor (“Office” or “OTP”) of the International Criminal Court (“Court”) is responsible for determining whether a situation meets the legal criteria established by the Rome Statute (“Statute”) to warrant investigation by the Office.

For this purpose, the OTP conducts a preliminary examination of all communications and situations that come to its attention based on the statutory criteria and the information available.

The preliminary examination of a situation by the Office may be initiated on the basis of: a) information sent by individuals or groups, States, intergovernmental or non-governmental organisations; b) a referral from a State Party or the United Nations Security Council; or (c) a declaration lodged by a State accepting the exercise of jurisdiction by the Court pursuant to article 12(3) of the Statute.  

Once a situation is thus identified, the factors set out in article 53(1) (a)-(c) of the Statute establish the legal framework for a preliminary examination.  This article provides that, in order to determine whether there is a reasonable basis to proceed with an investigation into the situation, the Prosecutor shall consider: jurisdiction (temporal, either territorial or personal, and material); admissibility (complementarity and gravity); and the interests of justice.

​   

 

 

Examens préliminaires

Il incombe au Bureau du Procureur (le « Bureau ») de la Cour pénale internationale (la « Cour ») de déterminer si une situation répond aux critères juridiques fixés par le Statut de Rome (le « Statut ») permettant au Bureau d’ouvrir une enquête.

À cette fin, le Bureau procède à l’examen préliminaire de toutes les communications et situations portées à son attention en se fondant sur les critères en question et sur les renseignements disponibles.

L’examen préliminaire d’une situation par le Bureau peut être amorcé sur la base a) de renseignements transmis par des particuliers ou des groupes, des États, des organisations intergouvernementales ou non gouvernementales ; b) du renvoi de la situation par un État partie ou par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies ; ou c) d’une déclaration déposée par un État en vertu de l’article 12-3 du Statut, par laquelle celui-ci consent à ce que la Cour exerce sa compétence.

Une fois qu’une situation a été détectée, les facteurs exposés aux alinéas a) à c) de l’article 53-1 du Statut fixent le cadre juridique de l’examen préliminaire et prévoient qu’en vue de déterminer s’il existe une base raisonnable pour ouvrir une enquête sur la situation, le Procureur examine la compétence (ratione temporis, ratione materiae et ratione loci ou ratione personae), la recevabilité (complémentarité et gravité) et les intérêts de la justice.