​​

Communiqué de presse :

Le Fonds au profit des victimes lance de nouveaux projets d’assistance dans le nord de l’Ouganda

ICC-TFV-20150703-PR1126

Photo : Des représentants du Fonds et des organisations partenaires lors de l’atelier annuel consacré au lancement d’un projet, organisé à Lira du 29 juin au 2 juillet 2015 © Marita Nadalutti, Fonds au profit des victimes
Photo : Des représentants du Fonds et des organisations partenaires lors de l’atelier annuel consacré au lancement d’un projet, organisé à Lira du 29 juin au 2 juillet 2015 © Marita Nadalutti, Fonds au profit des victimes

Lira, nord de l'Ouganda, le 2 juillet 2015– Depuis 2008, le Fonds au profit des victimes (le Fonds) s'acquitte de son mandat d'assistance en offrant un soutien et une réhabilitation aux victimes à travers 18 districts du nord de l'Ouganda. Pour ce faire, il propose certains services aux victimes de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre par l'intermédiaire de son réseau d'organisations non gouvernementales locales et internationales. Le mandat d'assistance du Fonds se distingue des réparations ordonnées par la Cour pénale internationale ou du versement d'indemnités à des victimes. Le programme d'assistance du Fonds fournit un large éventail de services de réhabilitation médicale et psychologique aux victimes blessées et traumatisées.

Le Fonds a lancé ses nouveaux projets en collaboration avec le Ministère de la santé, des représentants du gouvernement local de tous les niveaux dans plusieurs districts du nord de l'Ouganda, des membres de la société civile, des dirigeants locaux, des organisations locales de femmes et des donateurs, qui ont tous été conviés pour célébrer cet événement.

Plusieurs années après la fin du conflit, un grand nombre de victimes souffrant de blessures physiques et de traumatismes psychologiques en raison des préjudices qu'elles ont subis pendant le conflit dans le nord de l'Ouganda doivent encore être traitées et recevoir une assistance. Le Fonds a sélectionné six nouveaux partenaires offrant les services de réhabilitation suivants : soins médicaux pour les victimes des violences sexuelles ; consultation et soutien psychologiques ; chirurgie plastique reconstructive pour réparer les blessures au visage et à la tête ainsi que les brûlures ; chirurgie orthopédique ; appareillage et réparation de prothèses et d'orthèses ; physiothérapie ; chirurgie réparatrice pour retirer des corps étrangers (balles ou fragments de bombe) ; chirurgie et physiothérapie pour les patients souffrant de contractures de brûlure ; initiatives communautaires visant à sensibiliser les patients qui ont été victimes du conflit ; et orientation vers des soins postopératoires et suivi des patients.

En plus de chercher à étendre l'accès des victimes à des services de réhabilitation médicale et chirurgicale ainsi qu'à des services d'aide à des fins de réhabilitation psychologique, le Fonds a recensé des projets innovants qui faciliteront la réconciliation et la guérison à l'échelon communautaire grâce à des campagnes de sensibilisation et de mobilisation destinées à atténuer la stigmatisation et la discrimination dont souffrent souvent les victimes de graves violations des droits de l'homme. Le Fonds s'est engagé, tant sur le plan financier que dans le cadre de ses programmes, à apporter son soutien ces trois prochaines années (entre 2015 et 2018) aux partenaires ci‑après :

  • Amuria District Development Agency (ADDA) ;
  • Ayira Health Services (AHS) ;
  • Center for Children in Vulnerable Situations (CCVS) ;
  • Gulu Women Economic Development & Globalization (GWED‑G) ;
  • North East Chili Producers Association (NECPA) ; et
  • Transcultural Psychosocial Organization (TPO) ;

À l'issue d'une procédure d'appel d'offres et d'un processus d'examen menés à bien en 2015, le Fonds a sélectionné six nouvelles organisations partenaires en mesure de fournir une assistance et des services de réhabilitation physique et psychologique intégrés aux victimes vivant dans le nord de l'Ouganda.

Cinq de ces six projets seront financés à l'aide des dons affectés aux activités visant à prendre en charge les préjudices subis par des victimes de violences sexuelles et sexistes. Le sixième projet relève du panier commun, qui est constitué des contributions volontaires que le Fonds a reçues.

Les six nouveaux projets seront mis en œuvre de concert avec les projets que le Fonds mène en partenariat avec l'Association of Volunteers in International Service (AVSI) depuis 2008 et avec le Centre pour les victimes de la torture (CVT) depuis 2009 afin d'assurer la pérennité de son action. Ces projets en cours et continus aident les victimes en leur offrant une réhabilitation physique et un soutien psychosocial. Les activités de ces deux partenaires d'exécution sont financées grâce au panier commun constitué de contributions volontaires.

En 2015, le budget alloué aux projets que le Fonds soutient dans le nord de l'Ouganda s'élève à 735 000 euros. En 2016, le Fonds mettra tout en œuvre pour obtenir davantage de ressources.

Source : Le Fonds au profit des victimes