Office of the Prosecutor

The Office of the Prosecutor (OTP) is an independent organ of the Court. It is responsible for examining situations under the jurisdiction of the Court where genocide, crimes against humanity and war crimes appear to have been committed, and carrying out investigations and prosecutions against the individuals who are allegedly most responsible for those crimes. It is for the first time in history that an international Prosecutor has been given the mandate, by an ever-growing number of States, to independently and impartiality select situations for investigation where atrocity crimes are or have been committed on their territories or by their nationals. Like the judges of the Court, the Prosecutor and Deputy Prosecutor are elected by the ASP for a non-renewable mandate of nine years.

ICC Prosecutor (left) in the Courtroom © ICC-CPI

 

Who is in the OTP and how does it work?

The OTP benefits from the services of approximately 380 dedicated staff members from over 80 different nationalities, including members of the legal profession, investigators and analysts, psycho-social experts, individuals with experience in diplomacy and international relations, public information and communication, and more.

The current Prosecutor is Ms Fatou Bensouda from The Gambia; her Deputy is Mr James Stewart from Canada.

The OTP is composed of three main Divisions:

  • the Jurisdiction, Complementarity and Cooperation Division conducts preliminary examinations, provides advice on issues of jurisdiction, admissibility and cooperation, and coordinates judicial cooperation and external relations for the OTP;
  • the Investigation Division is in charge of providing investigative expertise and support, coordinating field deployment of staff and security plans and protection policies, and providing crime analysis and analysis of information and evidence;

  • the Prosecution Division prepares the litigation strategies and conducts prosecutions, including through written and oral submissions to the judges.

How does the OTP start its operations?

Under article 13 of the Rome Statute, there are three ways the exercise of the Court's jurisdiction can be triggered where crimes under the Court's jurisdiction appear to have been committed:

  1. Any State Party of the Rome Statute may request the Prosecutor to carry out an investigation. This was the case for the Democratic Republic of the Congo, Uganda, Central African Republic on two occasions, and Mali;

  2. The United Nations Security Council (UNSC) may also refer a situation to the Prosecutor. To date, this possibility has materialised with respect to the situations of Darfur and Libya. UNSC referrals may also give the Court jurisdiction over States not Party to the Rome Statute;

  3. Finally, the Prosecutor may open an investigation on her own initiative after the authorisation of the judges; this was the case for Kenya, Côte d'Ivoire and Georgia. The Prosecutor cannot, on her own motion, initiate investigations with respect to States not Party to the Rome Statute unless the matter involves nationals of States Parties allegedly involved in committing Rome Statute crimes on the territory of the non-State Party in question.

  4. Exceptionally, States may accept the jurisdiction on an ad hoc basis, by submitting a declaration pursuant to article 12(3) of the Rome Statute.

Preliminary examinations

Any individual, group or State can send information to the OTP regarding alleged crimes falling under the jurisdiction of the Court. To date, the OTP has received more that 10,000 of such communications, which can form the initial basis of the Office's preliminary examinations.

The OTP conducts a preliminary examination to decide whether there is a reasonable basis to initiate an investigation.

In doing so, the OTP is required to assess and verify a number of legal criteria. These include, among others: if the crimes were committed after 1 July 2002, the date of the entry into force of the Rome Statute, the Court's founding treaty; if the crimes took place in the territory of a State Party or were committed by a national of a State Party (unless the situation was referred by the UN Security Council); if they amount to war crimes, crimes against humanity or genocide; the gravity of these crimes; if there are no genuine investigations or prosecutions for the same crimes at the national level; and if opening an investigation would not serve the interests of justice and of the victims.

National authorities bear the primary responsibility, in the first instance, to investigate and prosecute those most responsible for the commission of mass crimes. The Court will initiate investigations, in accordance with the legal criteria set by the Rome Statute, only when the national authorities have failed to uphold this primary responsibility and in the absence of genuine national proceedings.

There are no timelines provided in the Rome Statute for bringing a preliminary examination to a close. Depending on the facts and circumstances of each situation, the Prosecutor may decide either to: (i) decline to initiate an investigation; (ii) continue to collect information on crimes and relevant national proceedings in order to make a determination; or (iii) initiate the investigation, subject to judicial authorisation as appropriate.

Preliminary examinations also provide an opportunity to the OTP to encourage national authorities to fulfil their primary responsibility to carry out national investigations and prosecutions themselves. In applying the Rome Statute criteria, should the OTP determine it needs to open an investigation, it will do so without hesitation. Political considerations never form part of the Office's decision making.

Investigations

To conduct its investigations, generally, the OTP sends missions – usually composed of investigators, cooperation advisers, and if necessary, prosecutors – to concerned countries, collects and examines different forms of evidence, and questions a range of persons, from those being investigated to victims and witnesses. To undertake these activities, the OTP relies on the assistance and cooperation of States Parties, international and regional organisations, as well as civil society.

In the process of gathering evidence, the OTP identifies the gravest incidents and those most responsible for these crimes. The OTP has an obligation to gather both incriminating and exonerating evidence, in order to establish the truth about a given situation. The exonerating information will be disclosed to the Defence teams as part of the proceedings.

Once the OTP considers that it has sufficient evidence to prove before the judges that an individual is responsible for a crime in the Court's jurisdiction, the Office will request the judges to issue a warrant of arrest or a summons to appear.

Gathering evidence ("Carte Blanche") © Skylight Pictures

 

Applying for an Arrest Warrant or Summons to Appear

Based on the evidence it gathers during an investigation, the OTP can submit a request to the ICC judges, asking them to issue arrest warrants or summonses to appear.

Once the judges determine that there are reasonable grounds to believe that a person has committed a crime within the Court's jurisdiction, the judges will only issue an arrest warrant to ensure the person's appearance at trial, to ensure the person does not obstruct or endanger the investigation or Court proceedings, or to prevent the person from continuing to commit the crime in question.

Warrant of arrest. © ICC-CPI

 

Once issued, even in cases where arrests are delayed, arrest warrants are valid for life. Once arrested, suspects are held in custody at the Court's detention centre.

Alternatively, judges can issue summonses to appear, when there are reasonable grounds to believe that a summons is sufficient to ensure the person's appearance. Defendants subject to summonses to appear come before the Court voluntarily and are neither arrested nor held in the Court's custody.

Evidence archives. © Frank Schinski

 

Prosecutions

Once the person for whom an arrest warrant or a summons to appear has been issued is in the Court's custody or decides to come voluntarily to the Court, the OTP will first have to convince the judges, at the Pre-Trial phase, that it has sufficient evidence to commit the case to trial. At this stage, the judges will have to decide whether to confirm, decline, or review the charges presented by the Office of the Prosecutor against the defendant.

If the judges confirm the charges, the case goes to trial. Once at trial, the OTP is first to present its case, and bears the burden of proof that the accused person is guilty beyond reasonable doubt.

The OTP can present evidence in the form of documents, other tangible objects, or witness statements; the OTP's witnesses are also questioned by the Defence, and vice versa.

As part of the proceedings, the OTP discloses both incriminating and exonerating information to the Defence. The OTP is obligated to gather both during its investigations, in order to establish the truth about a given situation.

Once the OTP has presented all its evidence, it is the turn of the accused, with the assistance of his or her counsel, to present his or her Defence.

The OTP, in partnership with the Sanela Diana Jenkins Human Rights Project at UCLA School of Law, has launched the Human Rights & International Criminal Law Online Forum, promoting open discussion on complex issues of international criminal law faced by the OTP. Please visit the Forum at: ICCForum.com

 



 


 




Bureau du Procureur

Le Bureau du Procureur (« le Bureau ») est un organe indépendant de la Cour. Il est chargé d'examiner les situations relevant de la compétence de la Cour dans lesquelles un génocide, des crimes contre l'humanité ou des crimes de guerre paraissent avoir été commis, et de conduire les enquêtes et les poursuites contre les individus qui seraient les principaux responsables de ces crimes. Pour la première fois dans l'histoire, un procureur international a été chargé, par un nombre sans cesse croissant d'États, de sélectionner de manière indépendante et impartiale les situations susceptibles de faire l'objet d'une enquête, dans lesquelles des atrocités sont commises ou ont été commises sur leur territoire ou par leurs ressortissants. Au même titre que les juges de la Cour, le Procureur et le procureur adjoint sont élus par l'Assemblée des États parties pour un mandat de neuf ans non renouvelable.

Le Procureur de la CPI (à gauche) en salle d’audience © ICC-CPI

 

Qui travaille au Bureau du Procureur et comment fonctionne t il ?

Le Bureau bénéficie des services d’environ 380 fonctionnaires dévoués de plus de 80 nationalités différentes, notamment des juristes, des enquêteurs et des analystes, des experts psychosociaux, des personnes possédant une expérience en matière de diplomatie et de relations internationales, d’information du public et de communication, etc.

Le Procureur actuel est Mme Fatou Bensouda, originaire de la Gambie ; le procureur adjoint est M. James Stewart, originaire du Canada.

Le Bureau du Procureur se compose de trois divisions :

  • la Division de la compétence, de la complémentarité et de la coopération qui procède aux examens préliminaires du Bureau, fournit des conseils sur les questions de compétence, de recevabilité et de coopération, et coordonne la coopération judiciaire et les relations extérieures du Bureau ;
  • la Division des enquêtes qui est chargée de fournir des conseils d’experts et un soutien en ce qui concerne les enquêtes, de coordonner le déploiement du personnel sur le terrain, les plans de sécurité et les politiques en matière de protection, et de procéder à l’analyse des crimes, des informations et des éléments de preuve ;

  • la Division des poursuites qui prépare les stratégies à adopter au procès et mène les poursuites, notamment en présentant des observations écrites et orales aux juges.

Comment le Bureau du Procureur démarre t il ses activités ?

Conformément à l’article 13 du Statut de Rome, la Cour peut exercer sa compétence de trois manières différentes lorsque des crimes relevant de sa compétence paraissent avoir été commis :

  1. Tout État partie au Statut de Rome peut demander au Procureur de mener une enquête. Ce fut le cas pour la République démocratique du Congo, l’Ouganda, la République centrafricaine à deux reprises, et le Mali ;

  2. Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies peut également déférer une situation au Procureur. À ce jour, cette possibilité a été exploitée en ce qui concerne les situations au Darfour et en Libye. Les renvois du Conseil de sécurité peuvent également permettre à la Cour d’exercer sa compétence à l’égard d’États non parties au Statut de Rome ;

  3. Enfin, le Procureur peut ouvrir une enquête de sa propre initiative après avoir obtenu l’autorisation des juges ; ce fut le cas pour le Kenya, Côte d’Ivoire et la Géorgie. Le Procureur ne peut pas, de sa propre initiative, ouvrir des enquêtes concernant un État non partie au Statut de Rome, sauf si les ressortissants d’États parties sont soupçonnés d’avoir commis des crimes visés par le Statut de Rome sur le territoire de l’État non partie concerné.

  4. Exceptionnellement, un État peut accepter la compétence de la Cour pour une affaire donnée, en déposant une déclaration conformément à l’article 12 3 du Statut de Rome.

Examens préliminaires

Tout individu, groupe ou État peut envoyer des informations au Bureau du Procureur concernant des crimes présumés relevant de la compétence de la Cour. À ce jour, le Bureau a reçu plus de 10 000 communications à ce titre, lesquelles peuvent servir de fondement aux examens préliminaires du Bureau.

Le Bureau procède à un examen préliminaire pour déterminer s’il existe une base raisonnable pour ouvrir une enquête.

Dans le cadre de cet examen, le Bureau est tenu d’évaluer et de vérifier un certain nombre de critères juridiques, notamment les suivants : vérifier que les crimes ont été commis après le 1er juillet 2002, date d’entrée en vigueur du Statut de Rome, traité fondateur de la Cour ; déterminer si les crimes ont été commis sur le territoire d’un État partie ou par un ressortissant d’un État partie (sauf si la situation a été déférée par le Conseil de sécurité) ; s’il s’agit de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité ou d’un génocide ; évaluer la gravité des crimes ; vérifier qu’il n’y a pas d’enquête ou de poursuites en cours pour les mêmes crimes à l’échelle nationale ; et examiner s’il y a des raisons de penser que l’ouverture d’une enquête ne servirait pas les intérêts de la justice et des victimes.

Il incombe en premier lieu aux autorités nationales d’enquêter et de poursuivre les principaux responsables de la commission de crimes de masse. Conformément aux critères juridiques énoncés dans le Statut de Rome, la Cour n’ouvrira d’enquête que si les autorités nationales n’ont pas assumé cette responsabilité première et en l’absence de véritables poursuites à l’échelle nationale.

Le Statut de Rome ne prévoit pas de délai pour mettre un terme à un examen préliminaire. Selon les faits et les circonstances de chaque situation, le Procureur peut décider de : i) ne pas ouvrir d’enquête ; ii) continuer de recueillir des informations sur les crimes et les poursuites menées au niveau national en vue de prendre une décision ; ou iii) d’ouvrir une enquête, sous réserve d’une autorisation des juges.

Les examens préliminaires permettent également au Bureau d’encourager les autorités nationales à assumer leur responsabilité première, à savoir mener elles mêmes des enquêtes ou des poursuites. Conformément aux critères établis par le Statut de Rome, si le Bureau estime qu’il doit ouvrir une enquête, il le fera sans hésiter. Les considérations politiques n’interviennent jamais dans la prise de décision du Bureau.

Enquêtes

Afin de mener ses enquêtes, le Bureau procède le plus souvent comme suit : il envoie des missions — généralement composées d’enquêteurs, de conseillers en coopération et, le cas échéant, de procureurs — dans les pays concernés, il recueille et examine les différents éléments de preuve, et interroge un éventail de personnes allant des individus faisant l’objet de l’enquête aux victimes et témoins. Lorsqu’il entreprend ces activités, le Bureau compte sur l’aide et la coopération des États parties, des organisations internationales et régionales, ainsi que de la société civile.

Afin de réunir des preuves, le Bureau détermine les incidents les plus graves et identifie les principaux responsables de ces crimes. Le Bureau est tenu de réunir des éléments de preuve tant à charge qu’à décharge pour établir la vérité sur une situation donnée. Les informations à décharge seront communiquées aux équipes de la Défense dans le cadre de la procédure.

Lorsque le Bureau estime qu’il dispose de suffisamment d’éléments de preuve pour établir devant les juges qu’un individu est responsable d’un crime relevant de la compétence de la Cour, il demande aux juges de délivrer un mandat d’arrêt ou une citation à comparaître.

Recueil d’éléments de preuve (« Carte Blanche ») © Skylight Pictures

 

Demande de délivrance d’un mandat d’arrêt ou d’une citation à comparaître

En se fondant sur les éléments de preuve recueillis pendant l’enquête, le Bureau peut présenter une requête aux juges de la CPI, leur demandant de délivrer un mandat d’arrêt ou une citation à comparaître.

Si les juges estiment qu’il existe des motifs raisonnables de croire qu’une personne a commis un crime relevant de la compétence de la Cour, ils délivreront un mandat d’arrêt pour garantir que la personne comparaîtra, qu’elle ne fera pas obstacle à l’enquête ou à la procédure devant la Cour, ni n’en compromettra le déroulement, ou qu’elle ne poursuivra pas l’exécution du crime concerné.

Mandat d’arrêt © ICC-CPI

 

Une fois délivrés et même si les arrestations sont retardées, les mandats d’arrêt sont valables à vie. Une fois arrêtés, les suspects sont détenus au quartier pénitentiaire de la Cour.

Les juges peuvent également délivrer des citations à comparaître, lorsqu’il y a des motifs raisonnables de croire qu’une citation est suffisante pour garantir la comparution de la personne concernée. Les accusés visés par une citation à comparaître se présentent volontairement devant la Cour et ne sont ni arrêtés ni détenus par la Cour.

Archives (éléments de preuve) © Frank Schinski

 

Poursuites

Une fois que la personne visée par un mandat d’arrêt ou une citation à comparaître est détenue par la Cour ou décide de se présenter volontairement devant la Cour, le Bureau devra d’abord convaincre les juges, durant la phase préliminaire, qu’il possède suffisamment d’éléments de preuve pour renvoyer l’affaire en jugement. Les juges devront alors décider s’il convient de confirmer, de rejeter ou de réexaminer les charges portées par le Bureau du Procureur à l’encontre de l’accusé.

Si les juges confirment les charges, l’affaire est renvoyée en jugement. Au procès, le Bureau est le premier à présenter sa cause et il lui incombe de démontrer que l’accusé est coupable au delà de tout doute raisonnable.

Le Bureau peut présenter les éléments de preuve sous forme de documents, d’autres objets ou de témoignages ; les témoins à charge sont également interrogés par la Défense, et inversement.

Dans le cadre de la procédure, le Bureau communique à la Défense les informations tant à charge qu’à décharge. Le Bureau est tenu de rassembler ces deux catégories d’informations pendant son enquête, pour établir la vérité sur une situation donnée.

Une fois que le Bureau a présenté tous ses éléments de preuve, c’est au tour de l’accusé, avec l’aide de son conseil, de présenter sa défense.