Victims

Victims are those who have suffered harm as a result of the commission of any crime within the jurisdiction of the Court.

© Whitney Curtis

Victims may include individual people, but also organizations or institutions that have sustained direct harm to any of their property which is dedicated to religion, education, art or science or charitable purposes, and to their historic monuments, hospitals and other places and objects for humanitarian purposes. See Rules of Procedure and Evidence, rules 85 and 86.  

Relevant Court staff are trained to work with victims and address their specific needs, particularly children, elderly persons, persons with disabilities and victims of sexual or gender violence.

Participation

Victims can apply to participate in proceedings through a lawyer, apply for reparations, seek assistance, submit communications to the Office of the Prosecutor.

For the first time in the history of international criminal justice, victims have the possibility to share their views and concerns in the proceedings, represented by a lawyer.

First victim to appear before the ICC without protection measures © Frank Schinski First victim to appear before the ICC without protection measures © Frank Schinski

Victims do not have to travel to the seat of the Court and their lawyer ensures that at all stages of the proceedings, their views and concerns are heard on matters where their personal interests are affected.

Such participation is voluntary and victims have to fill-in a written application which will be considered by the Court. From this very moment, the identities of victims are protected in the proceedings by a pseudonym attributed to them by the Court (for example: a/0001/18) and their names consequently do not appear in the public domain.

The timing and manner of the victims' participation are determined by the Judges depending on the stage of the proceedings. Victims' lawyers may be notified of submissions made in the relevant case, may attend hearings and make oral submissions, may file written submissions, or be allowed to question witnesses.

The set of rights developed by the Court enables victims, through their lawyers, to express an opinion independently of the Prosecution or the Defence. The various Chambers of the Court have notably recognised that victims' participation assists them in uncovering the truth.

 

Within the Court, the Office of Public Counsel for the Victims (OPCV) provides legal representation to victims throughout proceedings, as well as assistance and support to external lawyers appointed by victims. The OPCV is an independent office and falls within the Registry solely for administrative purposes. This independence is a prerequisite for carrying out the mandate of assisting and representing legal representatives of victims and victims. Such independence allows the Office to work without being subjected to pressure of any kind and preserves the privileged relationship between victims and their lawyers. The Office has also an important role in enhancing the rights of victims in the proceedings, advocating at different levels and participating in specialised meetings with subsidiary bodies of the Assembly of States Parties and NGOs. For more information, please write at OPCV@icc-cpi.int

Learn how to apply to participate in proceedings as a victim or assist someone in applying to participate.

Learn more about representing victims before the ICC as a lawyer, and get more information for legal professionals.

Victims' reparation

Distinct from participation in Court proceedings, victims can seek reparation for the harm that they have suffered.

At the end of a trial, if there is a conviction, the Trial Chamber may order a convicted person to pay reparations to the victims of the crimes of which the person was found guilty. The Court may order such reparations to be paid through the Trust Fund for Victims.

The Court may award reparations on an individual and/or collective basis, whichever is, in its view, the most appropriate for the victims in the particular case. The ICC thus not only seeks to bring criminals to justice but also to help the victims themselves rebuild their lives.

Collective and/or individual reparations may include monetary compensation, return of property, rehabilitation, medical support, victims' services centres, or symbolic measures such as apologies or memorials.

At this stage of the proceedings, victims are also represented by a lawyer who will be in a position to present relevant information to the Chamber on behalf of his or her clients.

To learn how to apply for reparation as a victim or assist someone in applying to for reparation, contact vprs.applications@icc-cpi.int.

Assistance to victims

Separate from reparations, which can only be delivered after a defendant has been convicted, the Rome Statute allows for assistance to victims through the Trust Fund for Victims, following a decision by an ICC Pre-Trial Chamber.

Submitting communications to the Office of the Prosecutor

 


 


Les victimes

Le terme « victime » s’entend de quiconque a subi un préjudice du fait de la commission d’un crime relevant de la compétence de la Cour.

© Whitney Curtis

Il peut s’agir de personnes mais aussi d’organisations ou d’institutions dont un bien consacré à la religion, à l’enseignement, aux arts, aux sciences ou à la charité, un monument historique, un hôpital ou quelque autre lieu ou objet utilisé à des fins humanitaires a subi un dommage direct. Voir les règles 85 et 86 du Règlement de procédure et de preuve.  

Le personnel de la Cour pertinent est formé pour travailler avec les victimes et répondre à leurs besoins spécifiques, en particulier les enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées et les victimes de violences sexuelles ou à caractère sexiste.

Participation

Les victimes ont la possibilité de demander à participer à la procédure par l’intermédiaire d’un avocat, de demander des réparations, de solliciter une assistance et de présenter des communications au Bureau du Procureur.

Pour la première fois dans l’histoire de la justice pénale internationale, les victimes ont la possibilité d’exposer leurs vues et leurs préoccupations lors de la procédure, en se faisant représenter par un avocat.

First victim to appear before the ICC without protection measures © Frank Schinski Première victime comparaissant devant la CPI sans mesures de protection © Frank Schinski

Les victimes n’ont pas besoin de se rendre au siège de la Cour et leur avocat veille à ce que leurs vues et préoccupations soient entendues à tous les stades de la procédure sur les questions qui concernent leurs intérêts personnels.

Cette participation est volontaire et les victimes remplissent par écrit un formulaire de demande qui est ensuite examiné par la Cour. À partir de ce moment, la Cour protège les identités des victimes dans la procédure en leur attribuant un pseudonyme (par exemple : a/0001/18) et par conséquent, leurs noms n'apparaissent pas dans la sphère publique.

Le moment et les modalités de la participation des victimes sont fixés par les juges en fonction du stade de la procédure. Les avocats des victimes peuvent recevoir notification des écritures déposées dans l’affaire dans laquelle ils interviennent, assister à des audiences et présenter des conclusions orales, déposer des écritures ou être autorisés à interroger des témoins.

L'ensemble des droits élaborés par la Cour permet aux victimes, par l'intermédiaire de leurs avocats, d'exprimer une opinion indépendamment de l'Accusation ou de la Défense. Il convient de relever que les différentes Chambres de la Cour ont reconnu que la participation des victimes les aidait à établir la vérité.

 

Au sein de la Cour, le Bureau du conseil public pour les victimes assure la représentation légale des victimes tout au long des procédures et fournit des services d’appui et d’assistance aux avocats externes désignés par les victimes. Il s’agit d’un organe indépendant qui ne relève du Greffe que sur le plan administratif. Cette indépendance lui est indispensable pour accomplir sa mission, consistant à aider les représentants légaux et à représenter les victimes. Elle lui permet de travailler sans aucune pression extérieure et garantit le respect du principe de la confidentialité attachée aux relations entre les victimes et leurs avocats. Le Bureau du conseil public pour les victimes joue également un rôle important en renforçant les droits des victimes dans les procédures, en plaidant leur cause à différents niveaux et en participant à des réunions spécialisées avec des représentants d’organes subsidiaires de l’Assemblée des États parties et d’ONG. Pour de plus amples informations, veuillez écrire à l’adresse électronique suivante : OPCV@icc-cpi.int

Découvrir comment demander à participer à la procédure en qualité de victime ou aider quelqu'un à déposer sa demande.

En savoir plus sur la représentation des victimes devant la CPI en tant qu'avocat et obtenir plus d'informations pour les juristes et conseils.

Les réparations en faveur des victimes

Indépendamment de leur participation aux procédures de la Cour, les victimes peuvent demander réparation du préjudice qu'elles ont subi.

À l’issue du procès, en cas de déclaration de culpabilité, la Chambre de première instance peut ordonner à la personne reconnue coupable de verser des réparations aux victimes des crimes pour lesquels sa culpabilité a été établie. La Cour peut ordonner que ces réparations soient versées par l’intermédiaire du Fonds au profit des victimes.

La Cour peut accorder une réparation individuelle et/ou collective en fonction de ce qui, selon elle, convient le mieux aux victimes dans l'affaire considérée. Ainsi, non seulement la Cour s'efforce de traduire les criminels en justice mais elle aide également les victimes à reconstruire leur vie.

Les réparations collectives et/ou individuelles peuvent prendre la forme d'une compensation monétaire, d'une restitution de biens, de mesures de réhabilitation, d'un appui médical, de centres fournissant des services aux victimes, ou de mesures symboliques telles que des excuses ou des commémorations.

À ce stade de la procédure, les victimes sont également représentées par un avocat qui sera en mesure de présenter des informations pertinentes à la Chambre au nom de ses clients.

Découvrir comment demander des réparations en qualité de victime ou aider quelqu'un à demander des réparations : vprs.applications@icc-cpi.int.

L’assistance aux victimes

Indépendamment des réparations, qui ne peuvent être versées qu'en cas de condamnation d'une personne mise en cause, le Statut de Rome permet d'offrir une assistance aux victimes au moyen du Fonds au profit des victimes, conformément à une décision rendue par une Chambre préliminaire de la Cour.