​​

Information :

La Présidente de la CPI, Silvia Fernández, salue la création du Groupe africain indépendant pour la justice et la fin de l’impunité

La Présidente de la CPI, Silvia Fernández, prend la parole lors d’un événement organisé par la Wayamo Foundation pour annoncer la création du Groupe africain pour la justice et la fin de l’impunité, le 23 novembre 2015 à La Haye (Pays-Bas)
La Présidente de la CPI, Silvia Fernández, prend la parole lors d’un événement organisé par la Wayamo Foundation pour annoncer la création du Groupe africain pour la justice et la fin de l’impunité, le 23 novembre 2015 à La Haye (Pays-Bas)

Ce mardi 24 novembre 2015, la Présidente de la CPI, Silvia Fernández, a rencontré les membres du Groupe africain pour la justice et la fin de l'impunité, un groupe indépendant nouvellement créé composé d'experts africains de haut niveau spécialisés dans le domaine du droit international pénal et des droits de l'homme. L'objectif du Groupe est de soutenir les efforts menés pour renforcer la justice et mettre fin à l'impunité en Afrique, par le biais du renforcement des capacités nationales et régionales, d'activités de conseils et de sensibilisation, et d'une coopération accrue entre l'Afrique et la CPI. 

La Présidente Fernández a salué la création du Groupe africain pour la justice et la fin de l'impunité et s'est déclarée prête à engager le dialogue avec celui-ci. « Je me réjouis d'assister à la naissance d'un groupe déterminé à mettre à profit une telle expérience et de telles connaissances spécialisées au service d'un objectif commun » a-t-elle déclaré, ajoutant « j'ai hâte d'engager le dialogue avec le Groupe. Je suis convaincu qu'il peut, en tant que groupe indépendant composé d'experts de renom, jouer un rôle très utile et contribuer à cerner et à résoudre les difficultés actuelles, et apporter des idées nouvelles et des propositions concernant les mesures à prendre. Les liens avec l'Afrique sont cruciaux pour la CPI, et le Groupe africain pour la justice et la fin de l'impunité peut contribuer à faire entendre une voix importante et indépendante lors des débats qui porteront sur la marche à suivre à l'avenir ».

Lors de leurs échanges, les membres du Groupe et la Présidente Fernández ont souligné l'importance du renforcement des capacités nationales. « La CPI n'est pas un but en soi, c'est une juridiction complémentaire, et l'objectif ultime que nous poursuivons tous est la fin de l'impunité. La CPI ne peut intervenir que si la justice ne peut être rendue par d'autres moyens. Il est essentiel, en vertu du principe de complémentarité consacré par la Statut de Rome, de renforcer la capacité des juridictions nationales de faire face aux crimes internationaux » a déclaré la Présidente Fernández.

Le Groupe africain pour la justice et la fin de l'impunité se compose actuellement de Richard Goldstone (Afrique du Sud), Hassan Bubacar Jallow (Gambie), Athaliah Molokomme (Botswana), Betty Murungi (Kenya), Navi Pillay (Afrique du Sud), Fatiha Serour (Algérie), Femi Falana (Nigéria), Abdul Tejan-Cole (Sierra Leone) et Mohamed Chande Othman (Tanzanie).