​​

Communiqué de presse :

Déclaration de la Cour pénale internationale sur le décès d'Arthur Robinson

ICC-CPI-20140409-PR992

La Cour pénale internationale (CPI) se joint à la population de Trinité-et-Tobago pour pleurer le décès d'Arthur Robinson, ancien Premier ministre et Président de la République de Trinité-et-Tobago, qui a joué un rôle essentiel dans la création de la CPI.

« C'est avec une grande tristesse que j'ai appris le décès de l'ancien Président Robinson. Beaucoup se souviendront de lui comme le «grand-père » de la Cour pénale internationale », a déclaré le Président de la CPI Sang-Hyun Song. Dans un discours à l'Assemblée générale des Nations Unies en 1989, M. Robinson avait relancé l'idée d'établir une cour compétente pour juger les crimes internationaux, déclenchant ainsi le processus ayant mené à l'adoption du Statut de Rome, traité fondateur de la Cour. Au cours des années qui ont suivi, il a soutenu les efforts de la communauté internationale et de la société civile visant à la création de la Cour, par la négociation, l'adoption et l'entrée en vigueur du Statut de Rome.

En 2006, l'ancien Président Robinson a été élu pour siéger au Conseil de direction du Fonds au profit des victimes, qui octroie des réparations aux victimes de crimes devant la CPI. Au cours des dernières années,  il a agi en faveur d’un soutien continu à la Cour, en particulier en Amérique latine et dans les Caraïbes. En guise d’hommage durable au Président Robinson, la salle d'audience principale de la CPI a été nommée en son honneur.

Bien que le monde ait perdu un véritable pionnier de la justice mondiale, son héritage dans le domaine du droit pénal international demeurera, tandis que la Cour pénale internationale poursuit ses efforts pour la protection universelle contre le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité.


Pour toute information complémentaire, veuillez téléphoner à Sonia Robla, chef de la Section de l’information et de la documentation, Cour pénale internationale, au +31 (0)70 515 8089 ou 31 (0)6 46 44 87 26, ou écrire à [email protected].

Les activités de la Cour peuvent également être suivies sur YouTube and Twitter.