​​

Communiqué de presse :

Les représentants de l’Australie dévoilent une œuvre d’art offerte à la Cour pénale internationale

ICC-CPI-20210531-PR1594

S.E. Matthew E.K. Neuhaus, Ambassadeur d'Australie aux Pays-Bas, et le Président de la CPI, le juge Piotr Hofmański, dévoilant l'œuvre d’art © ICC-CPI<br>
S.E. Matthew E.K. Neuhaus, Ambassadeur d'Australie aux Pays-Bas, et le Président de la CPI, le juge Piotr Hofmański, dévoilant l'œuvre d’art © ICC-CPI

Le 31 mai 2021, S.E. Matthew E.K. Neuhaus, Ambassadeur d'Australie aux Pays-Bas, et le Président de la CPI, M. le juge Piotr Hofmański, ont dévoilé une nouvelle œuvre d'art offerte à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, aux Pays-Bas. Celle-ci a été offerte par l'Australie dans le cadre de la Semaine de la réconciliation nationale australienne.

L'œuvre est une peinture intitulée Ngayuku Mamaku Ngura (« Le pays de mon père »), créée en 2017 par Kunmanara - une artiste autochtone australienne et une femme de droit de sa région. Cet ouvrage représente un site juridique important près de la communauté éloignée de Pipalyatjara, en Australie-Méridionale.

« Ce tableau et son histoire portent sur la transmission du savoir et du droit aux jeunes générations, » a dit S.E. l'Ambassadeur Matthew Neuhaus dans son allocution lors de la cérémonie. « C'est aujourd'hui l'occasion de présenter la culture et l'art indigènes australiens, ainsi que de souligner l'importance de la réconciliation et notre engagement à agir en faveur de la justice de genre. Nous encourageons les organisations internationales, comme la CPI, à adopter leurs propres stratégies qui institutionnalisent une prise de conscience des questions autochtones dans l'élaboration de leurs politiques », a ajouté l'Ambassadeur.

Exprimant la gratitude de la Cour au gouvernement australien pour cette donation, le Président de la CPI, le juge Piotr Hofmański, a déclaré : « En raison de son lien étroit avec la culture autochtone ainsi que les aspects de genre de la loi, ce tableau inspirera sans aucun doute de nombreuses réflexions sur la manière de garantir l'inclusivité du système de justice pénale internationale, au fur et à mesure que nous progressons. Nous sommes vraiment reconnaissants d'un cadeau si attentionné, qui reflète le soutien de longue date de l'Australie à la Cour. »

Au cours de la cérémonie, qui s'est tenue en présence du Directeur exécutif du Fonds au profit des victimes, Pieter de Baan, le Gouvernement australien a également annoncé une promesse de contribution de 300 000 dollars australiens au Fonds au profit des victimes, destinée spécifiquement à l'affaire Ntaganda avec un accent sur les survivants de violence sexuelle et à caractère sexiste.

L'Australie a signé le Statut de Rome - le traité fondateur de la Cour - le 9 décembre 1998 et a déposé son instrument de ratification le 1er juillet 2002. Cette donation souligne le soutien de l'Australie à la Cour et les efforts communs déployés pour lutter contre l'impunité des responsables des crimes les plus graves qui touchent l'ensemble de la communauté internationale.

Depuis son déménagement dans ses nouveaux locaux permanents en décembre 2015, la CPI a reçu des œuvres d'art des gouvernements de la Belgique, du Canada, de Chypre, de la République de Corée, du Danemark, de l'Irlande, du Japon, du Liechtenstein, du Mexique, du Portugal, des Pays-Bas, de la Roumanie, du Sénégal, de la Slovénie, et de la Tunisie, représentant leur patrimoine culturel et reflétant le mandat de la Cour.


Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l'Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, au +31 (0)70 515-9152 ou +31 (0)6 46448938 ou à l'adresse [email protected].

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur Twitter, Facebook, Tumblr, YouTube, Instagram et Flickr