​​

Communiqué de presse :

Ouverture d’un Séminaire régional de haut niveau de la CPI sur la coopération en Roumanie

ICC-CPI-20160321-PR1201

Les participants au Séminaire régional de haut niveau (21-22 mars 2016) à Bucarest, en Roumanie © Ministère des Affaires étrangères de la Roumanie
Les participants au Séminaire régional de haut niveau (21-22 mars 2016) à Bucarest, en Roumanie © Ministère des Affaires étrangères de la Roumanie

Aujourd'hui, le 21 mars 2016, un Séminaire régional de haut niveau pour la coopération avec la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») s'est ouvert à Bucarest, en Roumanie, avec la participation de représentants des Gouvernements de 18 pays appartenant au groupe d'États d'Europe orientale, ainsi que de représentants d'organisations régionales et de la CPI. Le séminaire de deux jours porte sur un certain nombre de questions essentielles, y compris la protection de témoins, la coopération des États au cours des enquêtes de la CPI, le renforcement des capacités nationales, divers types d'accords volontaires, l'application de la législation, ainsi que les avantages de l'adhésion au Statut de Rome.

L'événement vise à accroître la coopération avec la Cour à travers le renforcement des connaissances du régime de coopération établi par le Statut de Rome, et des contacts et partenariats de haut niveau et au niveau technique entre la Cour et des interlocuteurs clés. Le séminaire est organisé par la CPI en coopération avec le Gouvernement de la Roumanie, et parrainé par la Commission européenne.

Lors de l'ouverture officielle du séminaire à Bucarest, la Ministre de la Justice de la Roumanie, Mme Raluca Pruna, a souligné : « En ces temps, le droit pénal international est plus important que jamais. Dans le monde d'aujourd'hui, face aux nombreux conflits et la montée du terrorisme, la réponse à apporter aux crimes n'est plus la préoccupation d'un seul Etat. Je pense que les activités de la CPI sont essentielles dans le processus de prévention des crimes et la lutte contre l'impunité concernant le génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre ».

Dans son discours d'ouverture, M. le juge Piotr Hofmański de la CPI a déclaré : « Je voudrais encourager tous les États à examiner les avantages de l'adhésion à la CPI, quels que soient leur taille, leur région du monde, leur richesse ou d'autres attributs. Les valeurs du Statut de Rome sont communes à  l'humanité tout entière ; toute l'humanité veut vivre dans la paix, la prospérité et la stabilité, sans crainte des violences et conflits". « Chaque nouvelle ratification renforce le système du Statut de Rome dans son ensemble, renforçant ainsi la prévention de crimes internationaux partout dans le monde et réduisant la probabilité que des crimes relevant du Statut de Rome demeurent impunis", a-t-il ajouté.

Le Greffier de la CPI, M. Herman von Hebel, a souligné un « engagement ferme à l'échelle régionale pour l'état de droit international et la lutte contre l'impunité pour des atrocités commises à grande échelle », tout en ajoutant que « nous devons continuer notre travail afin de concrétiser cet engagement en résultats pour la CPI, les systèmes nationaux de justice et, au final, chaque homme, femme et enfant ".

Des représentants du Bureau du Procureur ont souligné l'importance de la coopération immédiate et sans faille des États Parties de la Cour pour soutenir ses enquêtes. « Grâce à cette coopération, les États parties peuvent contribuer à la réalisation d'une justice significative et la lutte contre l'impunité, pour les victimes et les populations affectées dans les situations où la Cour exerce ses activités », a ajouté le Bureau du Procureur.

D'autres séminaires de coopération ont été organisés auparavant en Afrique et en Amérique latine, conduisant à un engagement approfondi avec les États sur des questions concernant non seulement la coopération avec la Cour, mais le système du Statut de Rome plus largement.

La CPI est une cour permanente et indépendante, qui a été créée en vue d'ouvrir des enquêtes, de poursuivre et de juger des personnes accusées d'avoir commis les crimes les plus graves touchant l'ensemble de la communauté internationale, à savoir le crime de génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre. Elle a été créée en 1998 par un traité international appelé le Statut de Rome.


Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l'Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, au +31 (0)70 515-9152 ou +31 (0)6 46448938 ou à l'adresse [email protected] .

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur YouTube et Twitter.