​​

Déclaration : |

Déclaration du Procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, en conclusion de sa visite en Colombie (du 10 au 13 septembre 2017)


Aujourd'hui, j'achève ma première visite à Bogota dans le cadre de l'examen préliminaire en cours de la situation en Colombie. Cette visite avait pour objectif d'obtenir des éclaircissements sur certains aspects de la future Juridiction spéciale pour la paix (JSP), ainsi que des informations quant à l'état d'avancement des procédures nationales engagées au sujet de meurtres extrajudiciaires de civils appelés les « faux positifs », de crimes sexuels et à caractère sexiste et de déplacements forcés. 

Je tiens à exprimer ma gratitude au Gouvernement colombien pour l'appui qu'il a apporté dans le cadre de cette visite et pour avoir facilité la tenue de réunions avec des représentants des autorités nationales. Lors de ces trois jours, j'ai eu des échanges constructifs avec de hauts représentants de l'exécutif et de la justice, notamment S.E. J.M. Santos Calderón, Président de la République de Colombie, le Ministre de la justice, les Présidents de la Cour constitutionnelle, du Conseil d'État et de la Cour suprême, ainsi que le Secrétaire exécutif de la JSP. J'ai également eu l'occasion de m'entretenir avec le Procureur général et je lui ai précisé qu'il importait de recevoir des renseignements concrets et précis quant aux mesures prises dans le cadre des enquêtes sur les affaires potentielles recensées par mon Bureau.  

Enfin, je remercie sincèrement les représentants d'organisations de la société civile colombienne pour les échanges que nous avons eus au cours de cette visite. J'ai écouté attentivement leur point de vue et leurs préoccupations, qui me permettront de me forger une opinion sur la situation en cause.  

La mise en œuvre de l'accord de paix historique conclu entre le Gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP) entre dans une phase décisive. Dans ce contexte, j'ai été impressionnée par l'engagement, l'expérience inestimable et le haut niveau de qualité des tribunaux colombiens. Leur détermination à s'assurer que les auteurs des crimes les plus graves rendent véritablement compte de leurs actes et à veiller au respect des droits des victimes sera essentielle pour surmonter les obstacles à la mise en œuvre du système intégral de vérité, de justice, de réparation et de non-répétition préconisé dans le cadre de l'accord de paix.  

Pour conclure ma visite, je tiens à rappeler que mon Bureau est tout disposé à agir, dans le cadre du mandat qui m'a été confié en vertu du Statut de Rome, en tant que partenaire de bonne foi du Gouvernement colombien et du peuple colombien, dans cette quête de paix durable. 

Le Bureau du Procureur de la CPI mène des examens préliminaires, des enquêtes et des poursuites à propos du crime de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, en toute indépendance et en toute impartialité. Il poursuit actuellement des enquêtes en Ouganda, en République démocratique du Congo, au Darfour (Soudan), en République centrafricaine (deux enquêtes distinctes), au Kenya, en Libye, en Côte d'Ivoire, au Mali et en Géorgie. Il conduit également des examens préliminaires à propos des situations en Afghanistan, au Burundi, en Colombie, au Gabon, en Guinée, en Iraq/Royaume-Uni, au Nigéria, en Palestine et en Ukraine et de la situation relative aux navires battant pavillons comorien, grec et cambodgien.  

Rapport intérimaire (2012) et rapports sur les activités menées en 2013, 2014, 2015 et 2016 en matière d'examen préliminaire. 

OTPNewsDesk@icc-cpi.int 

Source : Bureau du Procureur